Les huiles dans la peinture

Traditionnellement, les huiles ont tenu une grande place dans les ateliers anciens. Chaque huile avait sa spécificité et était employée pour cette qualité propre. Les huiles entrent dans la composition de la peinture aux pigments à l'huile et permettent toujours d'améliorer le rendu de nos peintures, connaître leur particularité est très utile pour le peintre.





Les huiles végétales


L'huile de lin

C'est la plus utilisée grâce à son séchage en surface très rapide. Cette huile, pressée à froid agit à la fois comme liant lors du broyage des pigments et comme ingrédient dans les médiums pour la peinture à l'huile. Il existe d'autres formes d'huile de lin raffinée et épaissie au soleil qui sont plus rapides à sécher mais qui perdent un peu d' élasticité en vieillissant.L'huile de lin diluée avec de l'essence de térébenthine permet d'étendre la pâte en lui donnant de l'élasticité. Elle sèche en formant une fine pellicule.


L'huile de noix

C'est une huile beaucoup plus pâle et plus légère que l'huile de lin, elle jaunit très peu, c'est pourquoi elle est conseillée avec les pigments les plus pâles. Certains peintres l'utilisaient pour peindre le blanc (dentelles, collerettes et lingerie) car elle était moins jaunissante que l'huile de lin. Elle confère, en outre, à la pâte un moelleux incomparable.

L'huile d'oeillette

Provenant de graines de pavot noir, cette huile a un séchage lent, ce qui permet de peindre dans le frais (fond humide).elle est beaucoup plus lumineuse que l’huile de lin et met en valeur la brillance. Toutefois, elle est déconseillée pour la peinture en couches car elle est très cassante.


L'huile de carthame

Cette huile est surtout employée pour le broyage des pigments blancs. 
Elle se mélange aux couleurs à l´huile pour accentuer leur fluidité et leur brillance sans altération de la nuance au cours du séchage. Elle sèche plus lentement mais peut être mélangée sans risque à l´huile de lin. Ne convient pas pour la peinture en couches. Il serait désastreux de superposer une couche de peinture à l'huile de lin sur une couche de fond blanc à l'huile de carthame.

Les huiles essentielles

L'huile de térébenthine

L'huile s'obtient en distillant les sécrétions oléorésineuses de plusieurs conifères : le pin jaune des Etats Unis (Pinus palustris), le pin maritime de France et du Portugal (Pinus pinaster) et le pin de Russie (Pinus sylvestris). On l'utilise pour diluer les couleurs à l'huile ou pour préparer des vernis à la résine comme le vernis damar. Elle sert d'ingrédient dans plusieurs médiums et d'agent de conservation des couleurs.


L'huile de lavande

d'une variété particulière de lavande "Lavandula spica", cette huile se présente sous forme de mélange complexe (linalol, cinéol, d-pinède, d-camphrène, camphre). Elle servait autrefois de diluant mais était longue à se volatiliser. Il était recommandé au XVIIIe siècle d'ajouter de l'huile de lavande aux pigments blancs et bleus broyés à l'huile d'oeillette pour éviter leur décoloration. Depuis longtemps, l'huile de lavande est employée dans les vernis comme dissolvant de la cire et en remplacement de la térébenthine, cette dernière provoquant des maux de tête chez certains artistes. Lorsqu'on désire donner une apparence mate aux couleurs à l'huile, on utilise des médiums à la cire et à l'huile de lavande. Quelques recettes de détrempes recommandent l'usage de l'huile de lavande au même titre que l'huile de lin dans la détrempe huile de lin/ jaune d'oeuf.


L'huile de girofle

Produite par la distillation des boutons et des tiges d'Eugenia caryophyllata, l'huile de girofle présente des propriétés antiseptiques. Ces propriétés lui valent d'être utilisée pour la conservation des couleurs préparées à l'eau, auxquelles, en outre, elle donne une bonne odeur. Pour les couleurs à l'huile, elle ralentit leur dessiccation, permettant ainsi de reporter au lendemain la suite du travail.

L'huile de citron

Le pressurage du zeste de citron donne l'huile essentielle de citron. celle-ci s'ajoute aux dissolvants et sert à masquer l'odeur désagréable de certains mélanges de couleurs.




L'huile de pin

Cette huile est tirée des aiguilles et des jeunes pousses de plusieurs conifères. On l'utilise pour retarder la dessiccation des huiles.* On l'ajoute aux couleurs de la caséine et aux émulsions de détrempe de gomme, comme agent odorant et de conservation (v. recettes anciennes).


L'huile de thym

Extraite du thym commun, l'huile de thym contient 20 % de thymol. le thymol est un fongicide et un désinfectant.On l'emploie comme conservateur dans certaines peintures à l'aquarelle.* On en imprègne aussi le carton de fond des oeuvres encadrées, afin de les préserver de la moisissure.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maurice De Vlaminck